Le Valenciennois au zoom

-15-La rue la plus longue de Valenciennes

La rue la plus longue de Valenciennes.

->§<-

1°)Préambule

Il s’agit de la rue de Paris. Son point de départ se trouvait être la porte  dite de Paris. C’est cette porte  que l’on empruntait il y a plus d’un siècle pour prendre la direction de la capitale. Elle fût détruite lors du démantèlement des remparts. Ce dernier commencé le 1er février 1891 dura deux ans. La porte  était auparavant  dénommée  porte Notre-Dame et avant cela Porte Pissote.

Pour simplifier on peut dire qu’elle se trouvait au niveau du rond-point actuel entre le boulevard Saly et le boulevard Beauneveu. c’est-à-dire non loin de l’ Escaut. C’est par cette porte Pissote  proche de l’Escaut que les Vikings en 880 pensaient prendre la ville. Ci-dessous une enluminure de Hubert Cailleau illustrant cette attaque.

Les Normands Source : Bibliothèque de Douai. Illustration de la base Enluminures ( Cliquez ICI).réutilisée en accord avec la Bibliothèque de Douai. Reproduction interdite sans son autorisation.

L’église Notre-Dame-la-Grande est représentée en deuxième plan et en arrière plan on aperçoit le Château de Valenciennes. (NB : C’est une  Illustration du 16ème siècle représentant un événement du 9ème siècle. Notre-Dame-la-grande telle qu’elle est représentée n’était pas encore construite ).

Les Normands comme on les nommait à l’ époque arrivèrent par le faubourg de Paris dans le but de piller la ville mais ils  rencontrèrent une résistance si forte qu’ils y renoncèrent, de dépit ils incendièrent les faubourgs. Hubert Cailleau, enlumineur du moyen-age, représente ces farouches guerriers  à l’entrée de la porte «Pissotte» et pour insister sur leur agressivité les représente avec l’ étendard portant la devise «Flagellum Dei» (Traduction: Le Fléau de Dieu).

Ci-dessous une photo exceptionnelle (1890) prise de l’intérieur de la ville et donnant sur le faubourg de Paris.. En arrière plan l’ église du faubourg de Paris. Patientez, la photo apparaitra dans quelques secondes.

Source Bibliothèque de Valenciennes. http://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/ark:/29755/B_596066101_P_APOUS3/079

  :-) Vous pouvez zoomer la photo ci-dessus avec la molette de votre souris, puis la recentrer avec le clic gauche.

La rue de Paris partait donc de cette porte et serpentait dans la ville jusqu’à la place d’ Armes.  (tracé quasiment inchangé depuis des siècles).   Ci-dessous une carte sur laquelle la rue est tracée. Des «épingles» indiquent quelques éléments remarquables que vous découvrirez.

Voir en plein écran

:-) Avec la souris ( clic gauche) vous pouvez déplacer la carte, avec les onglets + ou – vous pouvez zoomer. En cliquant sur une épingle la légende apparaît.

->§<-

2°)Promenade  «le nez en l’air» .

Empruntez  d’abord  la « rue des déportés du train de Loos. ». Voir photo ci-dessous

Entrée de la rue des déportés du train de Loos-Rue de Paris

Pourquoi pas la rue de Paris ?. En fait ce premier tronçon de la rue de Paris a été débaptisé en hommage aux 871 déportés en Allemagne le 1er Septembre 1944. Pour en savoir plus cliquez ici .

Mais auparavant cette même rue se nommait rue Pissote du nom de la porte qui se trouvait au niveau du Grand-Bruille (une des 14 rivières ou voies d’eau Valenciennoises). Cette porte a été déplacée par Bauduin l’ Edifieur pour devenir la porte Notre Dame puis porte de Paris.

Une cinquantaine de mètres plus loin vous avez à votre droite la rue Simon Leboucq  si vous ne connaissez pas cet historien, échevin, prévôt, de Valenciennes  Cliquez ici. Ci dessous son buste (marbre de Martin Badar 1613-1684) exposé au musée de Valenciennes. Il  se trouvait avant la révolution dans l’église N.D. la Grande.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Continuez tout droit quelques dizaines de mètres  et vous découvrirez à votre droite la maison du Prévôt située  rue Notre Dame . Du nom de l’église Notre-Dame-la-Grande édifiée au XIIème siècle souvent considérée comme la  « Merveille des Pays Bas ».

Nota : La maison du prévôt , deuxième maison la plus ancienne de Valenciennes après celle de l’Hôtel des Carondelets (place verte) a été occupée par Simon Leboucq alors prévôt désigné par les moines de l’ abbaye d’ Hasnon pour gérer les biens de cette communauté. Quand vous serez en face vous reconnaitrez cette maison sans problème.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À droite de la photo : la rue des déportés du train de Loos, que vous venez d’emprunter.

Notre Dame-la Grande, édifiée fin XIIème, œuvre du premier art gothique du Nord de la France  se trouvait en face de la maison du prévôt. (Le Saint Cordon y aurait été conservé depuis l’an 1008 dans une première chapelle avant la construction de l’église).

Selon la croyance, en 1008, la vierge ou un ange avait déroulé autour de la ville un cordon l’isolant ainsi d’une épidémie de peste et la sauvant de la mort. Ci-dessous un dessin à la plume de Simon Leboucq.

   .

Source : Bibliothèque de valenciennes : http://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/ark:/29755/B_596066101_MS_0673/P_009

:-) Vous pouvez zoomer le dessin ci-dessus avec la molette de votre souris. Vous découvrirez les arcs-boutants, éléments essentiels  d’une construction Gothique (désignés par les repères 3). Peut-être les premiers jamais construits !. Simon Leboucq note dans la marge que 2 arcs-boutants (repères  4) ont été abattus par le vent en 1606. Petit détail : Simon Leboucq avait sans doute «le nez en l’air» quand il a remarqué un nid de cigogne en haut de la tour de gauche encadrant le portail d’entrée.  Était-ce un soucis du détail et de la précision chers à Simon Leboucq ? ou la révélation de son esprit badin ?.

Autre dessin en cliquant ici : Source Google books, Les lithographies sont d’Henri Macaire.

 Qu’en reste t’il après la révolution ? Rien ou si peu. Cependant vous retrouverez  un de ses murs intégré au bâtiment de la sous-préfecture de Valenciennes au bout de la rue Notre Dame. Voir photo ci dessous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et si vous vous rendez à Raismes près de Valenciennes vous découvrirez les orgues de Notre-Dame-La-Grande dans l’église St Nicolas, Voir photo ci-dessous.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est le maire de Raismes qui en  fit l’acquisition en 1864 pour remplacer celles offertes par le marquis de Cernay lors de la construction de l’église Saint Nicolas en 1751/1752.

Ci dessous un montage photographique montrant sur une vue actuelle l’ancien emplacement de notre Dame la Grande.

Emplacement Notre Dame la grande.Source photo: Géoportail  de l’ I.G.N.

http://www.geoportail.gouv.fr/accueil

–>§<–

-Traversez  la place du 8 Mai, attention de ne pas heurter une des quelques constructions métalliques que l’on trouve à Valenciennes.(Œuvres d’ Art confectionnées avec les rails, fer I, fer U, tubes et autres matériaux d’une métallurgie moribonde).

Œuvre d’Alain Valtat intitulée «Juste Construction».

Juste Construction-Alain Valtat-Place du 8 Mai 1945-Valenciennes

-Dirigez vous vers la place du neuf-bourg. Mais auparavant arrêtez-vous devant le N° 106 de la rue de Paris.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En levant les yeux vous découvrirez un bas relief au dessus de la porte.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Que représente-t-il ?  L’origine en est inconnue mais,

-Pour les uns il s’agit d’une représentation de Valenciennes et de ses remparts.

-Pour d’autres il s’agit d’une représentation de la Jérusalem Céleste.

Source Wikipedia : la Jérusalem céleste est un concept traditionnel juif et chrétien, associé à la fois au jardin d’Éden, à la terre promise et à la reconstruction du Temple après la fin de la captivité des juifs à Babylone ; selon les traditions elle peut être une ville littérale, un lieu spirituel, ou représenter l’aboutissement de l’Histoire et le retour à la perfection initiale. La Jérusalem céleste est représentée dans certaines basiliques par le centre d’un labyrinthe que les pénitents devaient parcourir à genoux. Cette épreuve représentait symboliquement un voyage en terre sainte. Le labyrinthe ne comprend aucun cul-de-sac, ni embranchement,  seule la persévérance permet d’arriver au centre.

Ci-dessous le labyrinthe de la basilique de Saint Quentin. (Aisne)

. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

-Une dernière version plus récente suggère  que ce bas-relief serait en fait l’enseigne d’un estaminet portant le nom de «à la ville de Douai». Reste cependant un petit mystère, regardez le coin gauche du bas-relief on aperçoit les symboles pontificaux sur le clocher d’une église. (Clefs de St Pierre et la tiare).

Encore quelques dizaines de mètres et vous arrivez place du Neuf-bourg.

Valenciennes place du Neuf Bourg

La statue en premier plan , «la vénus moderne» est l’œuvre d’Henri Derycke.

Retour dans le passé avec la  photo ci-dessous  prise avant la guerre 14/18.

Source : Zentrales Verzeichnis Digitalisierter Drucke: http://digital.staatsbibliothek-berlin.de/werkansicht/?PPN=PPN729273229&PHYSID=PHYS_0041&USE=800 ngcs.staatsbibliothek-berlin.de Cette place du Neuf-Bourg, qui abritait autrefois le commerce de la laine à tisser les draps, fut appelée place du marché au filet jusqu’au 18ème siècle. Et on désignait sous le nom de Neuf Bourg le nouveau quartier qui s’élevait plus au nord du centre ville  originel de Valenciennes, lui même appelé Grand Bourg. Le Neuf-Bourg conserva longtemps son indépendance et ne fut annexé au Grand Bourg qu’en 1338.

« L’intérêt architectural et patrimonial de nombreuses maisons de la place datant du 18éme siècle leur a valu de bénéficier d’une campagne de restauration des façades qui a permis au quartier de retrouver une partie de son charme d’antan. ».

Rendez-vous devant le n°28 de cette place (dernière maison au fond de la place)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette maison ne semble présenter aucun point particulier, mais si vous regarder le mur entre la troisième et la quatrième fenêtre de l’étage  vous découvrirez un boulet de canon tiré par les  confédérés lors du terrible siège de 1793..(c’est une info du CSPV)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Revenons près de la statue d’ Henri Derycke, un panneau explicatif situé près de celle ci précise que l’église Saint Vaast (intra muros, pour la distinguer de l’église Saint Vaast-là-haut) était bâtie à cet endroit.

Quelques lignes sur l’église Saint Vaast, mais d’abord ci dessous l’ église dessinée par Simon Leboucq

.

Source : Bibliothèque de valenciennes. http://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/ark:/29755/B_596066101_MS_0673/P_127  

;-) Vous pouvez zoomer cette image avec la molette de votre souris.

Notez le commentaire de Simon Leboucq à droite de l’image. « Ici fût pris l’esturgeon en l’an 1617.». Une Croix indique même l’endroit près du pont. L’Escaut était sans doute moins pollué à l’époque !. C’est son ancien cours qui est représenté (ne pas confondre avec l’ Escaut canalisé actuel).

Simon Leboucq raconte même cette anecdote dans son « Histoire ecclésiastique de la ville et comté de Valenciennes ». « L’esturgeon d‘une grandeur exceptionnelle fut aperçu dans l’Escaut le 3 Mai 1617. Le dimanche 7 Mai, vers midi des bourgeois se jettent dessus et le tue à coups de couteaux. Le magistrat organise de suite une visite payante. La moitié des profits fût remise aux pauvres de la ville et l’autre moitié à ceux l’ayant capturé. » Fin du résumé de l’anecdote.

Tournez le dos à la place et reprenez votre promenade dans la rue de Paris .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un gros plan sur le pignon du café situé en premier plan vous rappellera que cette place débordait d’activités à une époque pas si lointaine.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Continuez jusqu’au 94 de la rue. C’est une maison Scaldienne (dite maison espagnole). Celle-ci, en cours de restauration deviendra le siège du Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois (C.S.P.V.).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis Août 2015 les travaux ont repris, cette fois ils concernent le grenier, les deux étages, le rez-de-chaussée et la cave. Ci-dessous une  photo du rez-de-chaussée en cours de restauration.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’autres vues dans le reportage photo de M. Cybertowicz  président du CSPV en cliquant ici .

Reprenez votre promenade et vous apercevrez bientôt le bâtiment ci-dessous, dont le fronton rappellera à certains la «réclame» : B.B.B.B .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Qui signifiait «Buvez la Bonne Bierre Bouchart». (avec modération dirait-on aujourd’hui)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cliquez ici  vous vous connecterez sur un site très intéressant qui répertorie des brasseries du Valenciennois.

Changez de trottoir, un porche clos par un portail en fer forgé au N° 78 permet d’entrevoir la cour et les bâtiments de la maison de retraite N.D. de la Treille.

Notre-Dame de la Treille

La maison de retraite Notre-Dame de la Treille est un EHPAD privé à but non lucratif. Cette structure accueille actuellement 38 personnes et devrait prochainement (2016 ?) déménager de cet immeuble et  s’installer dans le nouvel EHPAD en construction au faubourg de Paris  entre  l’Escaut   et la rue du clos des Villas. L’hébergement devrait passer de 38 à 78 personnes.

On trouve dans « le miroir des ordres et instituts religieux de France » de l’ abbé Maillaguet (1865) que l’institution des Sœurs de Notre-Dame de la Treille fondée en 1845 possédait une maison de sœurs gardes-malades à Valenciennes. (page 271).Google Books. S’agit-il de cette maison ? Ci dessous quelques vues des bâtiments  et de la chapelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La cour

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Chapelle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Reportage « La voix du Nord » en cliquant ici

Nous sommes en 2017 (lors de cette mise à jour), les délais ont été tenus, les anciens logent maintenant dans leur nouvel établissement situé près de l’ENTE sur une berge de l’Escaut Rue de l’abreuvoir.

Copie de Escaut devant etablissement la treille

-§-

Sur le trottoir d’en face de l’ancien établissement, on trouve un des derniers bouquinistes de Valenciennes. Il est parfois possible d’y dénicher une réédition  de «Histoire Ecclésiastique de la ville et du comté de Valentienne » de Simon Leboucq.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Continuez votre promenade, vous arrivez sur la place St Nicolas de son ancien nom « place de l’ Isle ».. Face à vous l’église St Nicolas devenue auditorium. Cliquez ici pour en savoir plus.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au centre de la place vous découvrez  « la femme au pigeon » de Lucien Brasseur  et en arrière-plan, au fond d’une impasse l’église réformée de Valenciennes, (fédération protestante de France.).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

À partir de cette place la rue de Paris vire à angle droit (vers votre droite), prenez quand même le temps  de regarder l’ancien collège des Jésuites devenu la Bibliothèque de Valenciennes.(Rue Ferrand)

. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelques pas vous emmènent bientôt face au square Watteau .

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Devant l’église St Géry, qui s’est vue privée d’un clocher puis à laquelle un beffroi a été apposé en guise de clocher se substituant ainsi  au beffroi de la grand’place  qui s’était écroulé en 1843 vous pouvez découvrir:

-La sculpture «Cheek to Cheek» de Roland De Jong Orlando.

-La fontaine Watteau conçue par Jean Baptiste Carpeaux ,terminée par Ernest Hiolle. Inaugurée le 12 octobre 1884

-15-La rue la plus longue de Valenciennes dans architecture cheek-to-cheek-et-watteau

-La stèle d’Alfred Bottiaux : «Jehan Froissart remettant ses chroniques à Philippa de Hainaut». Voir autre article de ce blog en cliquant ici.

-Ci-dessous les 12 piliers de l’église qui figurent les 12 apôtres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir visité l’église, traversez le square, vous vous trouvez face au 56 de la rue de Paris. Cette immeuble construit en 1712  est l’ancien Hôtel Floréal dit aussi Hôtel de Desfontaine de Frasnoy.

Hôtel Floréal dit Hôtel de Desfontaine de Frasnoy

Une longue restauration, terminée en 2009, a permis la mise à disposition de  10 logements neufs, très lumineux  donnant sur une cour intérieure.

Lire un article de VA-info en cliquant ci-après: http://www.va-infos.fr/index.php/sections/article/ouvrez_les_portes Les portes sont parfois ouvertes.

20151031_095932  

Continuez votre parcours vers la place Saint Jean : Ne la cherchez pas, elle n’existe plus depuis le dernier conflit. Cependant il en reste quelques cartes postales comme souvenirs.

Source: Bibliothèque municipale de Valenciennes.  http://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/ark:/29755/B_596066101_MAR1000

Mais où se situait-elle ? Les observateurs attentifs et fureteurs auront remarqué en arrière- plan de la carte postale un coin de l’hôtel de ville. Cette place se trouvait donc proche de la rue de Paris.

Ci-dessous un extrait d’un ancien plan Ravet  de Valenciennes. La place St Jean est repérée en rouge, une flèche jaune indique l’axe de visée du photographe de l’époque.

Extrait Plan Ravet

Encore quelques pas et vous arrivez sur la place du marché aux herbes (Face à la poste) dernière étape de votre promenade. La sculpture « Le couple » d’Eugène Dodeigne  salue la fin de votre visite.

Eugène Dodeigne est décédé à Linselles le 24 décembre 2015, à l’age de 92 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA à bien regarder cette œuvre on en vient à découvrir qu’une sculpture dite abstraite peut apparaitre très figurative.

->§<-

Erratum:

J’ai écris en début d’ article que l’ église Notre-Dame-la Grande de Valenciennes était considérée comme la « Merveille des Pays-Bas » c’est une erreur de ma part, ce titre revient à la cathédrale de Cambrai détruite à la révolution. La maquette ci dessous  se trouve exposée à Cambrai dans l’ actuelle cathédrale Notre-Dame de Grâce.

La Merveille des Pays-Bas 1148-1796

On quitte Valenciennes certes, mais la reconstitution 3D de cette cathédrale vaut que vous y passiez quelques minutes à la regarder. C’était, comme à Valenciennes, les débuts de l’ art Gothique.

 source youtube: https://www.youtube.com/watch?v=diO5B7OpwGY  

À bientôt pour d’autres découvertes.

->§<-

LICENCE  CC-BY-NC-SA  Licence Creative Commons Les photos personnelles de ce blog sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

17 novembre, 2015 à 20 h 20 min


8 Commentaires pour “-15-La rue la plus longue de Valenciennes”


  1. G Fabienne écrit:

    Bonjour, vous dites que rue de Paris se trouve le dernier bouquiniste de Valenciennes, mais non : rue Henri Lemaitre se trouve la petite Librairie du Marais, pleine de trésors elle aussi.

    Répondre

  2. V. André écrit:

    De passage à Valenciennes,attiré par le son de l’orgue, je suie entré dans l’église Saint Géry. Au cours de ma visite, j’ai remarqué un très beau chemin de croix en sculpture contemporaine mais je n’ai pas trouvé le nom de l’artiste.Les recherches sur internet n’ont rien donné…mais je suis arrivé sur votre blog et comme vous semblez être passionné par cette ville,peut-être pourrez-vous me renseigner. D’avance merci et bravo pour votre travail.

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Les compliments font toujours plaisir.Je vous en remercie.
      Votre question est une colle mais j’essaierai d’y répondre.
      Bien que n’habitant pas Valenciennes mais sa banlieue je suis passionné, comme vous l’ écrivez, par son patrimoine.Je ne vous promets pas une réponse rapide, mais ma curiosité est mise à l’ épreuve.Je vais faire mon possible.
      Cordialement
      GB

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

      Répondre

      • hanwide écrit:

        Bonjour André V. de passage à Valenciennes.
        Quelques émails échangés et un ami m’ a envoyé la réponse :C’est la plasticienne Véronique Salez qui a créé les 15 stations du chemin de croix de l’ église Saint Géry de Valenciennes.

        Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

        Répondre

  3. G Fabienne écrit:

    Merci pour ce blog passionnant ! On s’instruit et ça fait du bien !

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Merci G. Fabienne pour ce commentaire qui me fait bien plaisir, j’avoue que je m’instruis aussi en écrivant les articles de ce blog. Je pourrais, certes, garder dans un « coin » de mon disque dur ce que mon appareil photo saisit mais je préfère partager ces photos. Le plus difficile, et le plus intéressant étant de les agrémenter d’un commentaire ou d’une anecdote.

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : -6- Estourmel

      Répondre

  4. R Jacques écrit:

    bonjour Georges, nous apprenons beaucoup d’informations sur ton site, malgré que tu as le nez en l’air !!.
    je passe souvent dans la rue de Paris, et maintenant, j’aurai un autre regard, avec tous les détails, les monuments, églises …….. bravo Georges et à bientôt

    Répondre


Laisser un commentaire