Le Valenciennois au zoom

-17-La fondation du Mont de Piété de Valenciennes

1° Note préliminaire :

Le texte du paragraphe 3 ci-dessous concernant la fondation du Mont-de-piété est extrait de « l’almanach de Valenciennes et de son arrondissement 1879-3ème année » que l’on trouve sur le site du patrimoine numérique de Valenciennes (pages 63 à 67).

 

2° Ci-dessous deux représentations du Mont de piété.

Celle extraite du manuscrit « l’Histoire ecclésiastique de la ville et comté de Valentienne » de Simon Leboucq »..

Source : Patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes cliquez ici

le Mont de piété

Ci-dessous un extrait du même livre imprimé en 1650 : Dessins de Henry Macaire

Source :  patrimoine numérique de la bibliothèque de Valenciennes

Arthur Dinaux

Puis une photo de 2012.

Valenciennes le Mont de Piété

 3° La fondation (Texte de 1879)

FONDATION du Mont-de-piété

 de Valenciennes

Jusqu’au commencement du XVII) siècle, les malheureux, obligés d’emprunter sur gages, étaient, à Valenciennes comme dans tout le Hainaut, forcés de s’adresser à ceux qui tenaient tables de prêts sur gages ou Lombards. Cette dernière dénomination avait été donnée à ces établissements, parce qu’à l’origine ils avaient pour la plupart été fondés par des usuriers venus de la Lombardie.

Pour tenir lombard, il fallait en avoir obtenu l’autorisation et privilège  du souverain dont  on plaçait les armes au dessus de sa porte.

Ces prêteurs se livraient souvent à l’usure la plus effrénée. Les Archiducs Albert et Isabelle, princes souverains du Hainaut, avaient bien réduit l’intérêt de ces prêts 17,84% par an ; mais cette réglementation était difficile à appliquer et les lombards avaient trouvé cent moyens de la tourner.

Pour mettre un terme à ces abus, les archiducs Albert et Isabelle, par octroi en date du 8 janvier 1618, décidèrent la création de Monts-de-Piété (tels qu’il en existait déjà  « en plusieurs endroits de la chestienneté », dans toutes les villes de leurs états « de part de ça » où se tenaient des lombards, notamment à Valenciennes.

A cet effet, ils nommèrent surintendant général des Monts-de-piété à créer, avec immunité de ministre, Wenceslas Cobherger, leur architecte général, se réservant de réglementer ultérieurement ces Monts-de-Piété et ordonnant qu’au fur et à mesure de leur érection, les lombards seraient fermés.

Le surintendant avait d’ailleurs tous pouvoirs pour préposer à la direction de ces établissements telle personne de qualité qu’il jugerait convenir.

Cobergher se mit à l’œuvre et l’année suivante il avait érigé le Mont-de-piété de Bruxelles. Aussitôt parut le règlement, qui devait être applicable à toutes les autres villes et qui fixait le taux de l’intérêt à 15% par an de la somme prêtée (14 janvier 1619).

Dés les premiers jours de 1622, Cobergher  sans même en avertir le Magistrat ni le conseil de Valenciennes, achetait de messire Jehan de Carondelet, Seigneur de Potelles, sa maison et refuge situé sur la couture (terrain en culture, partie de la place verte) pour y ériger un Mont-de-piété.

Le Magistrat voyait de mauvais œil ces préparatifs, et lorsque Cobergher  le requis de faire sortir Pierre Limal, locataire de l’hostel de Potelles, il renvoya l’ affaire au conseil privé, qui, le 6 mai 1622, résolut de s’opposer à l’érection de ce Mont-de-Piété.

Malgré toutes les réclamations , malgré l’offre que fit la ville d’ériger elle-même un Mont-de-Piété, où l’on ne percevrait que 9% d’intérêt au lieu de 15, François  Vanderburgh, archevêque et duc de Cambrai, posa  le 10 août 1622 la première pierre du Mont-de-Piété actuel, sur l’ordre de l’infante Isabelle et sans que le Magistrat y eût été convoqué.

Enfin le Magistrat céda, et le 10 novembre 1623, la réconciliation fut célébrée dans un banquet qu’il offrit à  Gobergher.

Le Mont-de-piété de Valenciennes fut terminé en 1625. Le 4 mai de cette année, François Vanderburgh célébra, pour l’inauguration, la grand’messe en l’église Saint Nicolas, alors sur la place verte actuelle. Le Magistrat y assista, puis on alla diner au Mont-de-piété. Le lendemain, 5 mai, les prêts commencèrent et les armes de Sa Majesté furent enlevées du lombard de Michel de Chêvre.

Telle fût l’origine du Mont-de-Piété de Valenciennes. Après la conquête de la ville, Louis XIV maintint cet établissement et le plaça sous la protection du Grand Chancelier de France, qui en nomma le surintendant ou en laissa la nomination à l’intendant de la généralité.

Le dernier surintendant fut Lamoninary, propriétaire de la manufacture de porcelaine vers 1780. Cette place, très recherchée à cette époque il la devait à la haute protection de M. Sénac de Meillan. On lui avait donné aussi pour logement un magnifique hôtel, construit au XVI° siècle, pour l’illustre famille des Carondelets et qui existe encore aujourd’hui.(1879).

Nota : L’Hôtel  fera l’objet d’une offre de rachat qui sera déclinée par décision de Conseil Municipal du 30 septembre 1960, il fut détruit ou « déconstruit » comme on dit maintenant.

Hôtel des Carondelets peu avant sa démolition: Source Hainautpedia

Valenciennes-hotel_Carondelet-1964

Son Porche d’entrée a été installé au  n°7  de la rue de Beaumont.

Les Monts-de-Piété furent fermés en France à l’époque de la terreur, mais Valenciennes étant tombée le 1er Août 1793 sous le joug de la domination Autrichienne, son Mont-de-piété resta ouvert jusqu’à la délivrance de la ville (1er septembre 1794). Le surintendant Lamoninary, tout dévoué à l’empereur d’Autriche, infligea même à cet établissement ce titre, qu’il fit inscrire au dessus de la porte : »Mont-de-Piété de Sa Majesté impériale et royale ». On le lui pardonna, lorsqu’il fut tombé en misère ; car il obtint en 1817 le secours maximum de l’Hôtellerie, maison qui était alors régie, comme le Mont-de-piété, par la commission administrative des Hospices.

Les scellés furent apposés au Mont-de-piété le 5 septembre 1794. L’établissement fut rouvert le 20 septembre 1803 et l’établissement en fut confié à la commission  administrative des Hospices, qui l’a toujours soutenu et dirigé depuis.( écrit en 1879).

C’est avec satisfaction que l’on constate, à la lecture du rapport fait en 1876 par les inspecteurs généraux des établissements de bienfaisance, le Mont-de-piété de Valenciennes par son organisation et le taux relativement peu élevé de son intérêt (7%), laisse derrière lui la grande majorité des Mont-de-piété de France…

4° Le devenir du Mont-de-piété

« Pitié pour le Mont-de -piété » clament les associations de défense du Patrimoine.

Ci-dessous une brève de VA.info

http://www.va-infos.fr/breve/reactions-mont-de-piete-associations/

Ci-dessous une interview de la radio « France bleu Nord ». Cliquez sur l’icône

fichier wmv

 

 

Ou cliquez ci dessous si la vidéo n’est pas lisible:

Mont_de_piete_1–NET_92bae0db-78bc-4a54-9b29-f832ede6b5de

 

Fin de l’article

 

 

25 janvier, 2017 à 17 h 50 min


4 Commentaires pour “-17-La fondation du Mont de Piété de Valenciennes”


  1. nananath écrit:

    Bonjour,
    Votre blog est très intéressant.
    Le travail que vous avez fait sur votre présentation est remarquable
    Encore merci de votre aide.
    Bonne continuation

    Dernière publication sur Région : Fête Multi-Epoques de Brouage

    Répondre

    • hanwide écrit:

      Merci beaucoup pour ce commentaire en réponse à l’explication très succincte que je vous ai donnée sur le Forum.
      J’aurais dû détailler le mode opératoire pour inserrer un bulletin météo en temps réel sur votre blog. Mais l’essentiel est que vous y soyez arrivé. Il ne faisait pas beau ce jour à Chatelaillon-Plage :-)
      Cordialement
      Georges Biron

      Dernière publication sur Les villages du Hainaut Français : Menhirs, Dolmens, Cromlechs, en Hainaut.

      Répondre

  2. l. claude écrit:

    lu et merci de l’envoi .

    Répondre

  3. M. Bernard écrit:

    Super ! Très intéressant, toujours très documenté et bien organisé, concis et agréable à lire. Bien vu l’inclusion du lien street view. Idéal pour bien situer les illustrations ou objets supports de l’article. Si je me décide à faire un blog, je crois que je t’en confierai la réalisation , la rédaction, l’illustration, l’organisation … je ferai peut-être les photos… et encore …
    Félicitations bonne continuation mais attention il faut dormir aussi!!!

    Répondre


Répondre à l. claude Annuler la réponse.